[./page_1.html]
[./page_2.html]
[./page_5.html]
[./page_4.html]
[./page_3.html]
[mailto:pryfman@cabinetryfman.fr]
[mailto:pryfman@cabinetryfman.fr]
[./index.html]
[./page_6.html]
[./page_7.html]
[./page_7.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Avocat au Barreau de Paris

Spécialiste en droit des associations et fondations
Droit Patrimonial
Professeur et chercheur associé honoraire, Université Paris I
Chercheur sur les questions non gouvernementales et humanitaires
Chercheur associé à l’OCCAH (UQAM/Montréal)

Cabinet RYFMAN, Avocats
242 rue de Rivoli – 75001 PARIS

Téléphone :(+33) 1 55 04 77 50
Fax : (+33) 1 55 04 76 04

Email : pryfman@cabinetryfman.fr




  

 
 
Philippe Ryfman - Professeur et chercheur associé honoraire, Université Paris I ; chercheur sur les questions non gouvernementales et humanitaires ; Avocat au Barreau de Paris (Cabinet Ryfman, Avocats) ; Co-fondateur du Forum Espace Humanitaire et Coordinateur de l’édition 2019
 
 Philippe Ryfman (docteur en science politique et diplômé d’études supérieures de droit privé) est professeur et chercheur associé honoraire au Département de Science Politique et au Centre Européen de Sociologie et Science Politique de la Sorbonne (CESSP- Sorbonne), Université Paris I, Panthéon-Sorbonne. Il a dirigé le DESS puis Master « Coopération Internationale, Action Humanitaire et Politiques de Développement » (CIAHPD) au sein de cette université. Aujourd'hui, il poursuit des activités de chercheur sur les questions non gouvernementales et humanitaires, notamment comme chercheur associé à l’Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaire (OCCAH), UQAM, Montréal.
Il assure ou a assuré divers enseignements de second et troisième cycle sur les problématiques principales des Organisations Non Gouvernementales (ONG) à l’international, de l'action humanitaire ou encore en droit international humanitaire. Tant à Paris I [CIAHPD ; cours et séminaire sur l’Action humanitaire ; séminaire Métiers de l’international], qu’au sein de diverses universités françaises (Evry, INALCO, IEP….) ou étrangères (Fribourg, Genève, Abidjan…). Il anime aussi des sessions de formation continue et cycles de conférences pour des centres de recherches, des instituts universitaires privés, des administrations, des entreprises, des associations et fondations. Il a effectué de nombreuses interventions – en France et à l’étranger – dans des colloques universitaires ou grand public et participé à diverses tables-rondes sur ses sujets de recherche.
Parmi ses ouvrages récents une première édition d’Une Histoire de l'humanitaire est parue en septembre 2008, dans la collection Repères (n° 522) des Editions La Découverte et a obtenu le prix du Palais Littéraire 2009. La seconde [largement refondue, actualisée et développée] a été publiée en juillet 2016. Tandis que la troisième édition [elle aussi augmentée, révisée et amplement refondue] d'un autre Repères (n° 386), intitulé, lui, Les ONG, est sortie à l’automne 2014. Il a également (en français comme en anglais) contribué à divers ouvrages collectifs et écrit de nombreux articles pour des revues. Parmi ses publications de fraiche date figurent ainsi la contribution “Crises of Maturity and transformation in French NGOs”, in : Karl Blanchet et Boris Martin, Many Reasons to Intervene: French and British Approaches to Humanitarian Action, Hurst and Columbia University Press, London and New-York, 2011. Ou des articles tels que : « Les acteurs humanitaires non gouvernementaux. Pivots centraux mais contestés de l’aide humanitaire » dans le n° 56, juillet-août 2012 de Questions internationales ; « Les ONG françaises de développement et humanitaires : une autre « exception française » en Europe ? », Revue Mondes en Développement, 2013/1 (n°161). Toujours en 2013, il a rédigé pour les Notices de la documentation Française consacrées aux Relations internationales, le chapitre « Les Organisations Non Gouvernementales, L’affirmation d’un acteur non étatique sur la scène internationale ». Il a aussi concouru au dossier n°34 (mars 2013) de la revue Humanitaire, intitulé « Les nouvelles frontières de l’humanitaire : l’impasse syrienne ». Ou (novembre 2015) à la revue Exils et migrations ibériques, avec un article « L’impasse de la réponse par le camp au phénomène réfugié ». Ou encore (2017),  il a rédigé l’article « Le rôle des ONG : pionnier, stabilisateur ou perturbateur ? » du dossier spécial Le nouveau désordre international des nos 85/86 (mai-août 2017) de Questions internationales.
Enfin plusieurs ouvrages collectifs auxquels il a contribué sont sortis ces dernières années. Ainsi en mai et juillet 2016 : l’un consacré à la Santé mondiale. Enjeu stratégique, jeux diplomatiques, Presses de Sciences Po ; l’autre aux Figures des bénéficiaires dans l’action humanitaire. A la croisée des regards et des disciplines, Presses de la Sorbonne Nouvelle. Tandis qu’en 2018, est paru aux Editions MARE et MARTIN, Droit et Stratégies de l’Action Humanitaire, volume auquel il a donné une contribution intitulée « Eléments d’une sociologie des acteurs humanitaires ».Enfin en octobre 2019 est sorti un autre ouvrage collectif qu’il a codirigé avec Sandra SZUREK et Marina EUDES. Intitulé Droit et Pratique de l’Action Humanitaire, ce Traité est publié chez LGDJ/Groupe LEXTENSO. Par son ampleur (près d’un millier de pages), le nombre et la qualité des auteurs y ayant collaboré (87 issus de divers pays francophones ou non), il constitue une « première » en langue française sur le sujet.

Membre du Comité de rédaction de la Revue Humanitaire (aujourd’hui disparue) et du Conseil scientifique de Questions internationales, il a – par ailleurs – assuré entre 2005 et 2008 la chronique « Société civile » du Monde Economie. Il continue de publier régulièrement des articles et tribunes dans divers media papier Le Monde, Libération ou en ligne (Huffington Post et The Conservation- France, notamment) et intervient régulièrement dans les media audiovisuels (France Culture, RFI, RCF, Sud-Radio, Radio Suisse Romande, Radio Vatican, France 24, TV5 Monde, France Info...). Il rédige régulièrement des recensions d’ouvrages pour Alternatives Humanitaires (revue bilingue français/anglais). Expert-consultant auprès d’institutions non gouvernementales et intergouvernementales, il a participé aussi à diverses évaluations de programmes d’ONG ou de Fondations et de politiques publiques, ainsi qu'à des missions d'études. A ce titre, en tant qu’expert indépendant il a – par exemple – contribué en 2016 à un rapport portant sur l’« Evaluation de la contribution des acteurs de la société civile à l’action de développement et de solidarité internationale de la France (2009-2015) » réalisé par le Cabinet EY.
Il est également avocat au Barreau de Paris [Cabinet RYFMAN, avocats]. Titulaire d'une spécialisation en droit des associations et fondations, il conseille et assiste de nombreux organismes sans but lucratif et leurs dirigeants. Il travaille également dans le domaine du droit patrimonial.
Ses engagements personnels en matière de solidarité internationale et de causes associatives s’inscrivent dans la durée. Dans les années récentes, il a appartenu – de 2005 à 2008 – à la Commission Urgence et Post-crise de l'ex-Haut Conseil de la Coopération Internationale (HCCI), à laquelle a succédé (depuis 2009) [après la dissolution du  Haut-Conseil] une structure [émanant de la société civile] baptisée GRUPC (Groupe de Réflexion Urgence et Post-Crise), dont il est membre fondateur et qu’il a co-présidé de 2015 à 2017. En 2011, il a participé au Groupe de travail (GT) qui a préparé avec les ONG, la CRF et les pouvoirs publics la première Conférence Nationale Humanitaire (CNH) réunie en novembre 2011. Puis après celle-ci – durant le premier trimestre 2012 – au GT qui a travaillé avec le Centre de Crise et de Soutien du Ministère des Affaires Etrangères à l’élaboration de la première version de la Stratégie humanitaire de la France.
Il a appartenu durant neuf années, jusqu’en juin 2013, au Conseil d’Administration de l’ONG ACF-F dont il fut aussi Vice-Président en 2005, 2006. Ensuite, il a participé à son Comité d’Analyse Stratégique (CAS). De 2008 à 2014, il a été également membre du Comité des Solidarités Internationales de la Fondation de France [composé d'experts indépendants statuant sur les demandes de co-financement]. De 2013 à 2018, il a appartenu au Comité de Pilotage Philippines/post-cyclone Haiyan de la même Fondation. Il participe aussi au Comité d'Ethique et de Déontologie de l'ONG Electriciens Sans Frontière (ESF). Depuis début 2012, il préside et anime le Comité de Parrainage/Comité des Projets du Fonds de dotation Barreau de Paris Solidarité, créé par l’Ordre des Avocats de Paris. Parallèlement, il siège aux Conseils d’administration d’ONU Femmes-France et de la Fondation Croix-Rouge Française.

Avec l’ancien Directeur Général de la Fondation Mérieux, et le Président honoraire de la Croix-Rouge Française, il est aussi le co- fondateur en 2009 du Forum Espace Humanitaire (FEH), structure réunissant tous les 18 mois à Annecy les hauts dirigeants des organisations de solidarité internationales françaises (ONG, Croix-Rouge et Fondations) avec leurs partenaires privés et publics privilégiés (nationaux, européens et internationaux). Il continue d’en copiloter le Comité d’Organisation avec le Directeur Santé Publique de l’Institut Mérieux, la Directrice du Plaidoyer et des Relations Institutionnelles d’Humanité et Inclusion (HI) et la Directrice Générale de la Fondation Croix-Rouge Française. La 8ème édition du FEH (dont il est le Coordinateur) s’est déroulée – en partenariat avec l’Association Alternatives Humanitaires - toujours à Annecy en octobre 2019. Le Forum a commémoré à cette occasion son 10ème anniversaire. Une 9ème édition est déjà programmée pour janvier 2021.

Il oeuvre aussi – au sein de divers groupes d’experts – à l’élaboration de scénarios prospectifs sur le futur de l’action humanitaire, ainsi que la société civile, sa place et son rôle à l’horizon 2025/2030. Entre mars et septembre 2015, il a ainsi été membre du Groupe de Travail (GT) mandaté par le Conseil d’administration de Coordination SUD (C-SUD) en vue de réaliser un exercice de prospective, dans la perspective de l’élaboration de son futur plan stratégique. Depuis 2018, il appartient à l’ONG LAB, structure assurant au sein de C-SUD une mission permanente de veille prospective et stratégique sur les enjeux prioritaires pour le milieu ONG, en produisant des éclairages et en offrant des espaces de décryptage. Le LAB – saisi à cette fin par le Conseil d’Administration de C-SUD – pilote des études confiées à des consultants extérieurs. La première sur La Localisation de l’aide est sortie à l’automne 2019. Une seconde intitulée Quelle place pour les ONG demain ? a démarré début 2020.

Ses axes de recherche actuels portent, d’une part sur la « Contre-Révolution anti-associative » (CRAA), sujet sur lequel il a publié en juin 2017 un article intitulé « Contrer la Contre-révolution anti-associative, un objectif de politique internationale », sur le site de The Conversation-France. Un livre sur cette thématique est en projet. De l’autre, il analyse l’impact de la robotisation, de l’automatisation ainsi que du numérique sur les pratiques et les cultures professionnelles de l’aide internationale (spécialement au sein du milieu ONG). Il travaille enfin sur la question des abus sexuels et de l’impact du mouvement MeToo au sein des personnels salariés des organisations d’aide. Ainsi que sur l’incidence sur le milieu ONG des législations et régulations de lutte contre le terrorisme mises en œuvre par de nombreux pays et Institutions Internationales.

  

Cabinet RYFMAN, Avocats  , 242 rue de Rivoli , 75001 PARIS -Téléphone :(+33) 1 55 04 77 50 - Fax : (+33) 1 55 04 76 04

Email : pryfman@cabinetryfman.fr